Biodiversité, participation et formes artistiques | Cultivons notre jardin | Colloque

26 - 27 octobre

Biodiversité, participation et formes artistiques

Plus de cent arbres, dont vingt qui ont été donnés par la Riserva Naturale Presidenziale di Castelporziano, ont été installés le 24 juillet 2017 à Rome, dans la zone de l’Ex Dogana, qui fait partie du complexe du Scalo di San Lorenzo, une enclave de voies ferrées désaffectées au futur incertain. Depuis 2017 la zone, qui est une propriété de la Cassa Depositi e Prestiti, est louée par la structure Ex Dogana pour développer des activités culturelles et des concerts. À cette occasion, la proposition a été faite de réaliser un Bois Temporaire.

Les mécanismes sous-jacents aux comportements des citadins mettent en évidence l’importance croissante d’une exigence de nature, exigence trop souvent sous-estimée dans les stratégies de développement des espaces verts urbains. Ce Bois entend à la fois représenter cette exigence et constituer le premier pas vers une discussion ouverte sur le futur vert du Scalo, de San Lorenzo et, plus généralement, de Rome.

Le Bois Temporaire est un projet qui, de temporaire, peut devenir pérenne, qui peut et doit être reproduit ailleurs parce que c’est une forme de nature en ville qui a la capacité de favoriser les relations entre les citadins et la nature en « rapprochant la nature » et en « accompagnant » cette rencontre.

Dans l’attente de données ultérieures, le Bois permet de soulever certaines questions concernant les relations possibles entre ville et nature.

Quelles sont les conditions et les instruments qui permettent de réaliser en ville une nature temporaire mais indispensable ? Quelles formes de nature, et pour quels objectifs ? Quel est le rôle des acteurs locaux ? Qui est responsable de la diffusion et de l’accompagnement de la nature en ville ? Quel rôle jouent, à ce propos, les plateformes numériques et les réseaux sociaux ? En fin de compte, l’expérimentation du Bois est-elle reproductible ? Pourra-t-elle réellement être à l’origine de nouvelles transformations en donnant à la végétation le rôle qui lui revient dans une logique de régénération durable ?

Les objectifs de ce colloque concernent la divulgation des nombreuses formes de nature non conventionnelle qui sont en train de se développer dans les villes ; le partage des modalités diverses servant à impliquer les habitants et les enfants dans les « pratiques vertes » ; la diffusion de la « culture verte » à travers des projets verts et la collaboration entre écoles, universités et centres de recherche.

  • Pénélope Komitès, adjointe Espaces verts, nature en ville, biodiversité, agriculture urbaine et affaires funéraires de la Mairie de Paris ; Giuseppina Montanari, adjointe Environnement Durable, Roma Capitale ; Francesca Del Bello, Président Municipio II ; Madeline Florance, directrice de Végétalisons Paris, Direction des Espaces Verts et de l’Environnement, Mairie de Paris ; Nathalie Blanc et Cédissia About, Collectif Urban art ; Luigi Palumbo, vice-recteur, en charge de la Planification stratégique (La Sapienza) ; Ingo Kowarik (Tu-Berlin), Tommaso Sitzia (Università di Padova), Enrico Fusto (boomforest.org), Federico Oliva (Politecnico di Milano), Daniela D’Alessandro, directeur DICEA, Giordana Castelli, CNR, Fabio Attorre, DBA, La Sapienza, Emiliano Agrillo, DBA, La Sapienza, étudiants en Urbanisme (Corso di Laurea Ingegneria Edile - Architettura DICEA), France et étudiants du Master Bioterre de l’Université Paris 1

Organisé par : Fabiola Fratini, DICEA, Université Roma La Sapienza et Catherine Carré, Paris 1 Panthéon Sorbonne, en partenariat avec l’Ex Dogana, avec le soutien du Municipio II et de l’Institut français Italia

COLLOQUE
26 ET 27 OCTOBRE DE 9h À 18h
BOSCO TEMPORANEO SAN LORENZO, ROMA
EX DOGANA, VIA DELLO SCALO DI SAN LORENZO, 10 ROMA


 

Ex dogana

Viale dello Scalo S. Lorenzo, 10
Roma

Phone: 320 221 4510